Nos limites face au superficiel

j’ai lu sur un site très connu : « Aujourd'hui, et comme depuis deux ans, je n’ai jamais vu ma copine sans maquillage. En effet, elle se démaquille une fois que je me suis endormi, et met son réveil 30 minutes avant que je me lève pour se maquiller. »

Extensions, maquillage, faux cils, lentilles de contact colorées, faux ongles, colorations, à quel point pouvons-nous tricher tout en nous sentant en accord avec nous-même ? 
A quel moment pouvons-nous dire que nous dépassons les limites? 

Avoir des cheveux qui ne sont pas les nôtres, des ongles qui ne sont pas naturels, un visage amélioré grâce au maquillage, des cils plus longs que la normale nous rend plus belle, nous fait avoir ce qu’on désire, nous aide à nous accepter et à séduire. Tout le monde n’a pas besoin de ça, et heureusement. 
Mais, à trop vouloir être parfaite, se sentir bien, plaire à notre chéri ou tout simplement se sentir Femme, beaucoup misent le tout pour le tout.
Combien d’entre nous ne se sont pas préparées pour un événement spécial en mettant toutes les chances de leur coté. On s’épile de haut en bas (oui oui), on prend rendez-vous chez le coiffeur, on va faire un banc solaire (avec modération), on prend rendez-vous pour une manucure, et enfin, avant l’heure H, on se maquille.

Certaines vont se sentir plus en confiance, s’aimer un peu plus, et vont facilement pouvoir se détacher des artifices, mais d’autres se sentiront complètement déstabilisées une fois ces apparats enlevés. Certes, on a le droit de se maquiller, d’avoir des extensions si ça nous chante, des faux cils ou un faux bronzage, mais l’important est de pouvoir s’assumer, se sentir bien même sans tout ça. Prendre des habitudes « non-naturelles » est pratique lorsqu'on n’a pas forcément confiance en soi, ou simplement lorsqu’on veut s’embellir, mais il ne faut pas oublier que l’important est de parvenir à s’aimer telle que l’on est. Car une fois ces habitudes adoptées, il est très difficile de revenir à la normale, de se mettre des limites, et là, c’est un cercle vicieux qui s’enchaîne, on en veut toujours plus et on a de plus en plus de mal à se sentir bien avec ce que l’on a. En voulant trop améliorer notre apparence, on finit par ne plus savoir qui on est, et surtout à ne plus se considérer Femme à part entière une fois au naturel. 

Moi qui suis mordue de maquillage, je peux vous dire que parfois, je ressens définitivement le besoin d’être au naturel. Ca me plaît et aussi je ne veux pas en arriver à un point où je n’oserais plus sortir de chez moi sans maquillage, car l’habitude de me voir maquillée prendra le dessus. 

Si je peux donner un conseil à celles qui se sont reconnue dans cet article, c’est de garder une distance entre le superficiel et qui vous êtes, car il n’y a qu’un pas entre « s’accepter mais aimer s’embellir avec toutes sortes de choses» et « être dans une bulle où seul le superficiel nous fait nous sentir bien ». Evidemment, vous allez me dire « Qu’est ce que ça peut faire si on aime le superficiel ? ». Rien, en effet, juste que tout ça pourrait découler d’un mal être plus profond, et que chacune d’entre nous est belle à sa manière et doit apprendre à s’aimer, pour le bien de son corps, et de son esprit ! 

 

Lufy

Lufy29 Comments